Meat Puppets : poupées de son !!!

On parlait il y a peu de Nirvana; qui dit Cobain dit bien sûr meat Puppets ! Grosse influence du Kurt (même si honnêtement cela ne se ressent pas vraiment) ces originaux ont navigué entre plusieurs eaux pas bien nettes. Le Combo décroche un certain succès en 1994 grâce à l’album Too high to die, porté par le radiogénique « Backwater » et leur prestation sur le Unplugged de Nirvana; cela beaucoup le savaient.

Ce que l’on sait moins, c’est que le groupe n’a pas toujours pratiqué ce Rock indie sympathique bien que jamais renversant. Parti d’un hardcore assez imbuvable (premier album Meat Puppets), le groupe est notamment passé par une phase country-punk complètement hallucinée (dès meat puppets 2), très personnelle et bien plus intéressante… C’est cette matière première qui constitue la moelle substantielle de Up on the Sun, peut être l’opus le plus attachants du groupe avec Out my way. Quel régal ! le morceau éponyme pose immédiatement les conditions: guitares miraculeusement claires et acides (quelqu’un a dit byrdsiennes ?), chant stupéfié et impeccablement deglingué… on pense à du Television sauce rurale. Cette ambiance lysergique et spatiale ne quittera pas l’album: décollage sidéral sur « two Rivers » et son echo onirique, Blues stellaire sur « Sea Whales », black-out en voie lactée pour le ska « buckethead »… Les Meat Puppets expérimentent et planent bien haut, mais cela reste cohérent, construit et étonnamment musical: on est loin des atermoiements du premier album, du temps ou ces farceurs de frères kirkwoord voulaient faire croire qu’ils ne savaient pas jouer.

On reste fasciné par l’application complètement suicidaire du groupe à pratiquer cette musique si courageuse, savamment désincarnée et spéciale au sens anglais du terme. Les fans s’étaient émus du revirement psychédélique et alambiqué du groupe, complètement à contre-courant du clinquant de l’époque: on sent que des disques aussi rayonnants et improbables n’ont pas été soufflés par un quelconque chef de produit, mais correspondent à l’expression d’inspirations pures catalysées par le psychisme bien altéré de Curt Kirkwood… Avec cet album méritoire et réjouissant, les Meat Puppets rappelent que malgré leurs nombreux défaut, les 80’s cachent dans leurs recoins quelques pépites. A noter la compilation Classic Puppets qui revient avec force détails sur cette période bénie du groupe.
Pour découvrir: http://www.deezer.com/fr/#music/meat-puppets/up-on-the-sun-360587

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Booste le trafic de ton blog
%d blogueurs aiment cette page :